©2018-2019 FADY ZAKAR

  • Facebook Social Icon
  • YouTube Social  Icon

COEUR à SONS

Concert commenté

tout public ou jeune public (scolaires)

sur les instruments traditionnels - Orient et Méditerranée

selectionné en 2014 dans le cadre du dispositif MEDIAZIK (réseau Médiathèque en Midi-Pyrénées)

Coeur à Sons à été présenté dans plusieurs Médiathèques (Ariège, Haute-Garonne, Nice, Picardie...)

Un musicien passionné, un instrumentarium rare, une découverte unique, un voyage musical...

Un concert commenté pour découvrir des instruments traditionnels du monde.

Tout public: le concert est adapté en fonction de l’auditoire.

Durée: de 45min à 1h30 selon la demande (selon l’âge des enfants en cas de séance scolaire par exemple)

«Coeur à Sons» peut être proposé dans les écoles de musique, les médiathèques, les centres culturels, les centres pour aveugles...

Un moment convivial et chaleureux où la parole dit ce que la musique ne raconte pas toujours.

L’interaction est de mise, la curiosité nécessaire, l’écoute et le regard sont conviés au festin !

Instruments présentés:

rubâb afghan, lyra crétoise, kora d'Afrique de l'Ouest, sarangi et flûtes doubles alghoza du Rajasthan, oud arabe, buzuq syrien, duduk arménien etc...

1/9

Projection

de Vidéos de Voyage

Le concert peut être ponctué de la projection de courtes séquences vidéos musicales tournées lors de mes voyages. 

Expo Photos

En amont de la représentation de COEUR À SONS,

il est possible d'installer

une EXPOSITION PHOTO 

constituée de 29 clichés au format 30cm*45cm

sur support Dibond et tirage baryté.

 

1/8

Film

DIL SE GANA 

à la rencontre  des musiciens populaires du Rajasthan

En amont de la représentation de COEUR À SONS,

il est possible de proposer  

la projection de ce film que j'ai réalisé

suivie d'une rencontre débat

(sur le thème du voyage, des traditions musicales, de l'acte de filmer l'Autre et l'Ailleurs...)

DIL SE GANA  a été présenté dans divers contextes: 

Festival Peuples & Musiques au Cinéma de Toulouse,  Théâtre de la Ville de Paris,  Mois du Film documentaire,  Médiathèques  et dans d'autres festivals et lieux

« Attiré depuis longtemps par les cultures et les musiques de l’Inde, notamment celles du Rajasthan, j’ai entrepris un voyage de deux mois et demi en 2006. Ce périple initiatique au coeur du désert du Thar m’a permis de rencontrer des musiciens professionnels

populaires issus des castes Langa, Manganyar, Bhopa, Bheel, Lohar, Deru, Kalbelya, Kanjara.

Le contact au sein de ces communautés a été facile et chaleureux d’une part grâce à leur hospitalité et d’autre part parce que je me suis présenté avec des instruments de musique que je pratique et qui sont spécifiques à leur culture (vièle sindhi sarangui, guimbarde morchang, flûtes doubles alghoza et satara), et un instrument étranger, le rabab de Kashgar (joué au Turkestan et en Ouzbekistan). Tel un barde voyageur pourvu de son “équipement musical de survie”, j’ai cheminé dans une contrée nouvelle à mes yeux mais également à travers ce vaste espace qu’est la musique populaire. Je me suis ainsi lié d’amitié avec des musiciens et les membres de leur famille, séjournant parfois auprès d’eux.

Au cours de l’année 2010, j’ai entrepris un second voyage de trois mois qui m’a permis d’approfondir mes relations, notamment avec des musiciens de la caste Langa et d’aller à la rencontre des musiciens du Kutch, zone semi aride dans l’état du Gujarat. Mieux équipé, j’ai poursuivi mon collectage en photos, prises de son et vidéo, travail qui fera prochainement l’objet d’un second film. «Dil Sé Gana » est un film construit sous la forme d’un carnet de voyage que j’ai réalisé et monté. Il témoigne de musiques vivantes et issues de traditions anciennes. Les scènes ont été filmées loin des habituels circuits touristiques qui proposent de nos jours des animations musicales et artistiques certes hautes en couleurs mais bien souvent sorties de leur contexte. Ce document permet donc d’avoir un certain éclairage sur ces cultures et doit permettre aux spectateurs et aux futurs visiteurs du Rajasthan de décoder en partie ce qu’ils seront amenés à voir et à entendre au- delà des clichés véhiculés dans ce phénomène de “folklorisation” pas toujours favorable à l’essence des traditions. Il ne s’agit pas d’un film à caractère ethnomusicologique mais d’un aperçu des rencontres faites lors de ce voyage, préparé en partie en amont par des recherches sur les aspects musicologiques, artistiques, sociologiques, religieux, historiques. J’ai voulu rendre compte de cette expérience en images.»

EXTRAIT d'un concert "coeur a sons" donné à grasse